Présentation de la commune

   Services utiles

   Histoire & Patrimoine
        Châteaux / Maisons fortes
        Eglise
        Voies et chemins
        Vie d'autrefois

   Tourisme & Hébergement

   Economie locale

   Vie municipale

   Activités & Loisirs

   Liens utiles

 

 

 

 

 

 

Les pierres guérisseuses (ou pierres à venin)

Voir les dentellières et les souvenirs d'antan

Il est difficile d’avoir des informations précises sur « las peires di ver » car elles font partie du domaine des croyances et pratiques médicales transmises oralement durant des siècles.
Si certaines propriétés thérapeutiques ont pu être vérifiées scientifiquement après analyse de la nature de la roche, c’est surtout leur aspect rappelant le serpent (écailles, anneaux, forme triangulaire ou couleur) qui les doterait d’un pouvoir spécifique.
Ce sont des cailloux colorés, polis et patinés qui tiennent dans le creux de la main et qui sont agréables à regarder car ils ont des formes bizarres et semblent être d’une composition mystérieuse.

Les pierres guérisseuses sont très anciennes. Elles proviendraient d’outils préhistoriques (haches polies néolithiques d’il y a 5 000 ans environ), de fragments de bijoux celtiques, de fossiles… Elles étaient utilisées pour guérir morsures de serpents, piqûres d’insectes, dartres, tumeurs, dysenteries des hommes mais surtout des animaux. On pouvait masser la partie malade à l’aide de la pierre mais le plus souvent les pierres trempaient dans de l’eau qui était bue par les bêtes atteintes. Elles avaient aussi un rôle de protection et pouvaient détourner les forces nuisibles.
Elles se sont transmises de génération en génération au sein des familles. Nous avons eu la chance de pouvoir en photographier chez une habitante de Présailles.

 

 

Le galet translucide en forme d’œuf servait à « couper le lait » chez la femme qui voulait arrêter d’allaiter.
La salamandre dorée (zébrée à contre-jour) guérissait les infections buccales des vaches. Les autres pierres agissaient sur les morsures de serpent ou autres plaies.
Bien que n’étant plus vraiment utilisées, elles conservent une grande valeur patrimoniale et sentimentale, ainsi qu’un attrait certain de par leur aspect énigmatique et leur pouvoir mythique.

En savoir plus :
« Cahiers de la Haute-Loire, revue d’études locales », année 1981.
Site : www.mezenc-terredelegendes.com